Les 100 meilleurs films pour enfants de tous les temps selon les papas critiques de cinéma

click fraud protection

Trouver de bons films pour les enfants n'est pas facile. Ce n'est pas qu'il n'y ait pas beaucoup de films pour enfants, bien au contraire. En ce moment, les parents s'y baignent. En fait, la quantité fait partie du problème. Mais trouver, ou se souvenir, la vraie qualité est ce qui rend d'autant plus difficile la recherche de bons films pour enfants. La botte de foin grandit et les aiguilles y sont mieux cachées.

Alors, quand un parent prend une télécommande, que fait-il? Vous pouvez vous fier à votre propre mémoire, mais trop souvent les soi-disant chefs-d'œuvre et les « classiques » semblent soudainement datés et offensants aujourd'hui. C'est une autre façon de dire non, Pierre Pan et Dumbo ne figurent pas sur cette liste.

Cela ne veut pas dire que les parents ne devraient chasser que les nouveaux films pour enfants. Sinon, vous vous retrouverez avec des choses à la fois insensées et ennuyeuses, comme Voitures 2 ou Trompé. Et pour aggraver les choses, certains de ces films mettent en vedette des gens talentueux et prétendent être "intelligents".

Mais ce n'est pas seulement ce que les enfants veulent qui compte. Parents voulant regarder ces films avec leurs enfants comptent aussi. Créer les 100 meilleurs films pour enfants de tous les temps ne consiste pas à choisir des films que vous pouvez lancer pour que les enfants soient distraits. Ces films parlent de choses à regarder en famille, parce que, temps d'écran partagé, n'est pas vraiment un problème.

L'objectif de Fatherly ici est d'offrir des films que chaque enfant devrait – non, doit! - voir au moment où ils ont 10 ans. Ce sont des films pour enfants pour les enfants à un moment de leur développement où le monde est plein d'émerveillement et de magie - vraie magie – et les critiques blasées d'Hollywood sur les films ne se sont pas encore glissées. Pour ce faire, nous avons réuni six papas plus un expert en cinéma - tous critiques de cinéma - et avons dressé une liste. Il y avait des règles: chaque film devait être suffisamment bien accueilli pour avoir des critiques majoritairement favorables sur des publications respectées comme Common Sense Media ou Rotten Tomatoes. Il devait s'agir de films que les familles pouvaient trouver – et diffuser – facilement. Et enfin, les films devaient présenter une qualité intemporelle, qu'ils aient été réalisés en 1955 ou en 2022. Dans certains cas, nous avons élargi notre champ d'action au-delà des films qui sont strictement pour enfants - comme Star Wars mais quoi qu'il arrive, nous nous sommes efforcés de faire en sorte que les films aient un sens pour les familles. Ce sont des films que les familles fais regarder et devrait regarder ensemble. Cette liste ne vise pas à rendre vos enfants heureux. Il s'agit de regarder des films ensemble qui inspirent quelque chose de plus grand.

Pour classer les films, les éditeurs et les écrivains à Paternel voté sur une longue liste de films pour déterminer les meilleures places. Nous n'étions pas toujours d'accord, et donc, tout ce classement représente un composite de nos opinions sur les meilleurs films pour enfants de tous les temps. Chaque film de cette liste est un incontournable. Même si un film se classe en bas de cette liste, nous pensons toujours que c'est un grand film parce que nous l'avons mis sur cette liste. Il s'agit d'un classement de génial films pour enfants, pas un classement des mauvais films pour enfants en bas et des bons en haut.

Si vous le voyez sur la liste, c'est un grand film. Alors, sortez le pop-corn du micro-ondes et tamisez les lumières, voici PaternelLes 100 meilleurs films pour enfants de tous les temps.

100. FernGully (1992)

Renard

Hé, les enfants, vous voulez en savoir plus sur la protection de l'environnement et la conservation? Ce n'est probablement pas le moyen le plus efficace de convaincre les enfants de se soucier de l'écosystème de la Terre, mais si vous le leur dites sous la forme de fées, un ouvrier du bâtiment miniaturisé, une chauve-souris exprimée par Robin Williams et un déversement chimique démoniaque exprimé par Tim Curry, eh bien, alors vous avez quelque chose. La jeune fée Crysta (Samantha Mathis) vit dans un monde où l'on pense que les humains sont éteints, détruits par un sombre esprit de pollution connu sous le nom d'Hexxus. Mais lorsque Crysta apprend que les humains sont toujours là-bas, elle tombe amoureuse d'un jeune bûcheron nommé Zak. (Jonathan Ward) et affronte un Hexxus renaissant, dont les scènes ont donné à beaucoup d'entre nous notre première expérience avec traumatisme de la nature. Il y a une grande quantité d'imagination à l'affiche dans FernGully: la dernière forêt tropicale, et le film reste mémorable, ce qui en dit long étant donné qu'il est sorti à l'ère de la domination de Disney. — RN

99. Histoire de jouets 4 (2019)

Pixar

Histoire de jouets 4 est arrivé en salles en 2019, près d'une décennie après Toy Story 3. Le monde avait-il besoin d'une autre aventure Toy Story? La réponse a été retentissante... oui, pour les enfants, les parents et les parents qui étaient enfants lorsque l'original Histoire de jouet ouvert en 1995. Pixar a livré une fois de plus, réunissant de vieux amis Woody et Buzz Lightyear, ainsi que de nombreux autres jouets familiers, et racontant une histoire sur l'amitié, le lâcher prise, la croissance, la liberté et l'amour. L'animation est impeccable, la musique touche toutes les bonnes notes et l'histoire laisse le temps à deux merveilleux nouveaux personnages. Il y a Forky (Tony Hale), un pseudo-jouet composé d'une cuillère en plastique, de cire et d'argile, de cure-pipes et yeux écarquillés dépareillés, et Duke Caboom (Keanu Reeves), un casse-cou canadien à moto dans l'Evel Mode Knievel. Le film est meilleur et plus touchant qu'il n'a le droit de l'être. — EST

98. Sous-marin jaune (1968)

Pomme

Les Beatles ont fait leur marque à bien des égards, même dans l'animation. Sous-marin jaune est un chef-d'œuvre surréaliste, fou et étrange, rempli de blagues et de jeux de mots et, bien sûr, de quelques de superbes chansons (y compris la chanson titre, "All Together Now", "All You Need Is Love" et "Hey Bulldog"). L'histoire suit les Fab Four - John, Paul, George et Ringo - alors qu'ils chevauchent un sous-marin jaune pour aider à sauver les bonnes gens de Pepperland des griffes des Blue Meanies. Les Blue Meanies méprisent la musique de toutes sortes, tandis que les Pepperlandiens apprécient la musique de tous bords. Curieusement, les Beatles ont prêté leur musique et leurs ressemblances à Sous-marin jaune, mais les acteurs ont fourni les voix des personnages. Les jeunes enfants ne le remarqueront probablement pas ou ne s'en soucieront pas. — EST

97. Harry Potter à l'école des sorciers (2001)

Warner Bros.

La toute première entrée dans la franchise Harry Potter est souvent critiquée, et c'est un peu immérité. Le réalisateur et coproducteur Chris Columbus a lancé la franchise, jouant un rôle majeur dans le casting de toutes les clés joueurs, dont Daniel Radcliffe, Emma Watson et Rupert Grint, ainsi que les regrettés et grands Richard Harris et Alan Rickman. Il a également établi le monde magique de Poudlard et bon nombre de ses repères visuels et a capturé les éléments d'inclusivité et de famille choisie inhérents à J.K. Le roman de Rowling. Le film dans son ensemble peut ressembler à un ouvrier, mais il y a une chaleur générale, et Columbus a suscité merveilleuses performances de sa jeune distribution, en particulier Radcliffe, et il a une énorme dette de Reconnaissance. — EST

96. Le professeur distrait (1961)

Disney

En ce qui concerne le génie comique maniaque, Fred MacMurray n'avait rien contre Robin Williams, qui a pris le rôle de l'acteur Le professeur distrait rôle emblématique en tant que professeur insuffisamment pratique dans le remake à succès Flubber. Mais en ce qui concerne l'affabilité entièrement américaine, personne ne pouvait surpasser la star de Double Indemnité et Mes trois fils. 1963 Le professeur absent a donné à MacMurray l'un de ses rôles de signature en tant que professeur daffy qui invente une substance volante appelée Flubber et doit ensuite faire face aux conséquences inattendues. De même que Mary Poppins (qui, pour être juste, propose une animation), Le professeur distrait est à peu près aussi bon que l'action en direct des années 1960 de Disney, ce qui est vraiment très bon. — NR

95. Le renard et le chien de chasse (1981)

Disney

Les gens aiment penser que Pixar a inventé le film pour enfants déchirant (voir: En haut, à l'envers, Toy Story 3, etc.), mais l'OG House of Mouse savait comment signaler l'aqueduc. Le renard et le chien de chasse est une histoire calme et discrète d'un adorable renard et d'un chiot qui deviennent rapidement amis pour grandir et se faire dire, par ceux qui les entourent et même par leur nature même, qu'ils sont censés être ennemis. Avec d'adorables bouffonneries animales, une fin remarquablement mature et douce-amère, et un ours terrifiant qui est discret l'un des meilleurs méchants de Disney, Le renard et le chien de chasse est un film spécial avec un message important, mélancolique et beau sur l'amitié. - EST

94. Boutons de lit et balais(1971)

Disney

L'hybride live-action/animation Boutons de lit et balais offre un conflit central irrésistible: sorcières contre nazis, wiccans contre SS. Une Angela Lansbury parfaitement interprétée est une force de la nature en tant que sorcière débutante Miss Price. La lanceuse de sorts entre dans la vie de trois enfants traumatisés par la Seconde Guerre mondiale dans le but d'utiliser sa connaissance toujours croissante des arts obscurs pour aider à vaincre les puissances de l'Axe. C'est une prémisse astucieuse qui demande une mise à jour contemporaine, d'autant plus que nous sommes, si quelque chose, encore plus, obsédés par les fascistes et les praticiens de l'occulte, un groupe qui se chevauche pas mal. — NR

93. Le piège des parents (1961)

Disney

Hayley Mills a consolidé sa position de reine de l'action en direct de Disney avec un double tour magistral dans les années 1961 Le piège des parents comme des sœurs jumelles identiques qui sont séparées à la naissance et grandissent sans connaître l'existence de l'autre. Les frères et sœurs très différents se rencontrent au camp d'été et prévoient de réunir les parents Brian Keith et Maureen O'Hara alors qu'ils passent d'étrangers à frères et sœurs à de chers amis. Disney a utilisé la magie du cinéma à l'ancienne, de vastes écrans partagés et un sacré jeu d'acteur pour créer l'illusion qu'un enfant acteur doué était deux êtres humains distincts. C'est une prémisse ingénieuse empruntée au roman de 1949 d'Erich Kästner qui a conduit à un certain nombre de suites télévisées et à une houle 1998 remake mettant en vedette une formidable Lindsay Lohan dans une performance de star qui promettait finalement plus que sa carrière livré. — NR

92. Les sauveteurs d'en bas (1990)

Disney

Crikey! Les sauveteurs d'en bas aurait pu sombrer si facilement. C'était une suite du film bien-aimé (mais problématique) de 1977, Les secouristes. Et il semblait vouloir être installé en Australie uniquement pour profiter de la popularité de Crocodile Dundee. Cela aurait pu être un désastre, mais au lieu de cela, c'est un délice inattendu, une action originale avec un cadre mémorable, des enjeux passionnants et un très bon message environnemental. — JG

91. Chant de Noël des Muppets (1992)

Disney

Cela peut vous choquer, mais Charles Dickens? Plutôt bon écrivain! Le Noël des marionnettesCarole, malgré toutes ses merveilleuses marionnettes et son humour, est remarquablement fidèle à l'histoire originale de Dickens, ce qui rend l'inclusion de personnages familiers et démesurés comme Kermit et Miss Piggy d'autant plus ravissants dans leur contraste. À plusieurs reprises, Gonzo (jouant le rôle de Dickens) récite directement le texte original de l'auteur textuellement. La performance légendaire et complètement sérieuse de Michael Caine rassemble tout cela, car à aucun moment son Scrooge ne traite ses co-stars feutrées comme une blague. Le chant de Noël des marionnettes est un tel cadeau car il ne repose pas seulement sur les nombreux atouts des Muppets, mais les utilise pour faire ressortir le meilleur d'un classique du XIXe siècle. — JG

90. Le chaudron noir (1985)

Disney

Basé sur les deux premiers livres de la série Chroniques de Prydain de Lloyd Alexander, Le chaudron noir était une bombe rare au box-office pour Disney, mais est depuis devenu un classique culte parmi les fans de fantasy. Il y a un niveau surprenant d'obscurité dans cette histoire d'un assistant éleveur de porcs, Taran, et de son compagnons qui recherchent un chaudron noir mystique que le roi cornu prévoit d'utiliser pour créer une armée de mort-vivant. L'un des rares films d'animation classés PG de Disney, Le chaudron noir ne se détourne pas de certaines images horrifiques ou même de la mort, mais il le fait avec une telle atmosphère que le film ressemble à une merveille artistique, même si c'est trop effrayant pour la plupart des enfants et trop simpliste sur le plan narratif pour la plupart adultes. — RN

89. Stuart Little (1999)

Sony

Les films familiaux ne viennent pas beaucoup mieux que Stuart Little. Rob Minkoff, qui a réalisé le classique animé Le roi Lion, s'est essayé à cet hybride live-action/animé, qui donne vie à E.B. Le livre bien-aimé de White du même nom. Essentiellement, la famille Little (Hugh Laurie, Geena Davis, Jonathan Lipnicki) de New York adopte une souris parlante, Stuart (exprimé par Michael J. Fox), non pas comme animal de compagnie, mais comme fils/frère. Doucement, de manière ludique et avec du cœur et des effets visuels / animations de pointe, Minkoff explore l'amitié, famille, jalousie (Nathan Lane est une huée comme le chat avide des Littles, Snowbell), peur, intimidation, rivalité fraternelle, et plus. — EST

88. Harry Potter et la coupe de feu (2005)

Warner Bros.

Alors que Prisonnier d'azkaban a emmené la franchise Harry Potter dans le noir, Le gobelet de feu a vraiment fait monter les enchères avec la première entrée PG-13, rapprochant Harry, Ron et Hermione de l'âge adulte alors que la menace de Voldemort se rapprochait de plus en plus. Avec la Coupe du monde de Quidditch, une grande variété de créatures magiques et une extension du monde sorcier. Le gobelet de feu témoigne de tout le plaisir que la franchise peut offrir, mais aussi des designs plus sombres qui attendent à la fin du plaisir et des jeux. Le retour de Voldemort fournit une leçon effrayante mais passionnante sur la croissance. — RN

87. Shrek (2001)

Travaux de rêve

À ce point, Shrek est plus un mème qu'un film, plus une punchline désinvolte qu'une expérience cinématographique. La réputation autrefois vénérée du film a pris un coup au fil du temps grâce à des suites inutiles, des retombées, des suites de retombées, des émissions de télévision, des parodies et des imitations. Il est donc facile d'oublier ce qu'est un phénomène de la culture pop Shrek était au moment de sa sortie ou à quel point il a été reçu avec enthousiasme. La prise intelligente du film sur la mythologie des contes de fées était une réprimande très directe à la gentillesse sucrée de l'ancien employeur de Jeffrey Katzenberg, l'ancien employeur de Dreamworks, Jeffrey Katzenberg. Shrek était un énorme succès qui a fait de Dreamworks une force dans l'animation et a contribué à établir l'esthétique du studio. Shrek s'est avéré massivement influent, pour le meilleur ou pour le pire, et a remporté le premier Oscar du meilleur long métrage d'animation. — NR

86. Tarzan (1999)

Disney

Le dernier film de l'ère de la renaissance de Disney, Tarzan donne une nouvelle vie au conte emblématique d'Edgar Rice Burroughs sur un homme élevé par des singes. Tarzan explore ce que signifie être humain, opposant Tarzan (Tony Goldwyn) au sauvage William Cecil Clayton (Brian Blessed) pour l'amour de Jane Porter (Minnie Driver). Il y a juste quelque chose de si intrinsèquement cool à propos de Tarzan dans ce film, dreadlocké, et surfant sur les arbres comme un athlète bohème de sports extrêmes. Mais au-delà du cool, il y a beaucoup de cœur dans la recherche d'appartenance de Tarzan. Avec ses grandes émotions, et soutenu par une bande originale de Phil Collins, Tarzan ressemble à un opéra rock épique. — RN

85. Vaiana (2016)

Disney

Chaque fois que Disney s'éloigne de l'adaptation des contes de fées européens traditionnels que nous connaissons et aimons tous, il y a fort à parier qu'ils livreront quelque chose de spécial. Bien qu'il ne s'agisse pas d'une adaptation directe d'une histoire particulière, Vaiana puise dans les mythes polynésiens pour raconter une belle histoire sur une jeune femme qui se découvre à travers ses ancêtres et sauve sa culture avec l'aide d'un demi-dieu. Avec des performances vocales fantastiques d'Auliʻi Cravalho, Dwayne Johnson et Jemaine Clement; l'écriture brillante de Lin-Manuel Miranda, Mark Mancina et Opetaia Foa'i; des effets environnementaux stupéfiants; et une séquence de poursuite inspirée de Mad Max: Fury Road ;Vaiana est un point culminant du canon animé moderne de Disney. — RN

84. Anastasia (1997)

Renard

Don Bluth et Gary Goldman étaient au sommet de leur art lorsqu'ils ont réalisé ce récit luxuriant de la légende de la grande-duchesse Anastasia. Ici, le personnage est Anya, une amnésique de 18 ans, exprimée principalement par Meg Ryan (avec l'aide de Kirsten Dunst, Lacey Chabert et Liz Callaway), qui aspire à retrouver sa famille. L'animation est magnifique et les chansons vont de OK à vraiment bonnes, mais la distribution de la voix est vraiment définie Anastasia une part. Le simple fait d'énumérer les noms dévorera le reste du nombre de mots autorisés - John Cusack, Angela Lansbury, Kelsey Grammer, Bernadette Peters, Christopher Lloyd, Andrea Martin, Hank Azaria et les nouveaux arrivants Billy Porter et J.K. Simmons. — EST

83. Encanto (2021)

Disney

Peut-être la meilleure chose à propos Encanto – eh bien, la deuxième meilleure chose après « Nous ne parlons pas de Bruno », un ajout instantané aux chansons de premier plan de Disney – est que cela ne se termine pas comme vous l'attendez. Notre courageuse héroïne, le seul membre d'une famille surpuissante sans capacité propre, ne termine pas le film avec un pouvoir spécial. Encanto est une question d'acceptation, à la fois de vous-même et des personnes que vous aimez. —JG

82. Indestructibles 2 (2018)

Pixar

Bien que la suite tant attendue du premier Indestructibles n'a pas la même nouveauté que l'original, il fait une chose que le premier film n'a pas réussi à faire: montrer à quoi ressemble la vie d'un père au foyer. La façon dont Indestructibles 2 retourne le scénario sur les rôles de genre parentaux très anciens est essentiel.

Un peu plus effrayant que l'original, Indestructibles 2 est toujours l'un des meilleurs films Pixar de tous les temps et présente la vie de famille non pas comme vous le souhaiteriez, mais surtout, telle qu'elle est réellement.

81. Explorateurs (1985)

Primordial

Explorateurs est un joyau imparfait d'un film. Trois adolescents – Ben (Ethan Hawke), Wolfgang (River Phoenix) et Darren (Jason Presson) – construisent un vaisseau spatial et s'aventurent dans l'espace, tous basés sur les rêves de Ben. Bientôt, ils rencontrent de vrais extraterrestres, qui sont aussi fascinés par les garçons que les garçons le sont par eux. Il y a des moments magiques, des performances fortes (en particulier Hawke et Phoenix, qui ont fait leurs débuts au cinéma ici et seraient bientôt des stars majeures), et des créatures très cool. Les fans du réalisateur Joe Dante seront ravis de voir son ensemble de prédilection, notamment Robert Picardo et Dick Miller. — EST

80. La princesse et la grenouille (2009)

Disney

La princesse et la grenouille donne rarement l'impression qu'il reçoit l'attention qu'il mérite. C'est peut-être parce qu'il s'agit d'un long métrage dessiné à la main sorti à l'ère de l'animation par ordinateur ou parce que le film est ancré dans la culture afro-américaine des années 1920 à la Nouvelle-Orléans. Quoi qu'il en soit, le film prend le conte de fées classique et le transforme en une histoire de poursuite de ses rêves mais sans oublier de profiter de la vie dans le processus. Tiana (Anika Noni Rose) est pratique et motivée, tandis que Prince Naveen (Bruno Campos) est irresponsable, mais quand un vaudou bâclé le sort les transforme tous les deux en grenouilles, ils sont obligés de réexaminer leur vie, non pas en sacrifiant qui ils sont mais en étant additifs et ouvert. Le numéro musical d'ouverture est un spectacle et le film présente l'un des méchants animés les plus terrifiants de Disney dans le vaudou bokor Dr. Facilier (Keith David). — RN

79. L'épée dans la pierre (1963)

Disney

Il y aura toujours quelque chose d'attirant pour les jeunes esprits dans l'histoire du roi Arthur et de l'épée dans le pierre, l'idée que vous pourriez avoir un destin secret qui ne repose pas sur la force ou le pouvoir, mais sur le fait d'être choisi. En ce qui concerne les histoires choisies, L'épée dans la pierre est juste un bon moment et se concentre uniquement sur le jeune Arthur, sans entrer dans les chevaliers de la table ronde, Mordred et l'avenir plus sombre du roi. L'histoire peut être légère, largement centrée sur Merlin enseignant à Arthur des leçons de vie importantes en le transformant en une variété d'animaux, mais elle ne manque jamais de divertissement. Bien que ce soit loin de la portée épique de T.H. Blancs Le roi autrefois et futur, la fantaisie à travers laquelle la fantaisie est abordée semble être un bon point d'entrée pour les enfants avant de les initier à Le chaudron noir, Le Hobbit, et Harry Potter. — RN

78. Les Muppets (2011)

Disney

Après des années de non-pertinence croissante auprès du public moderne et de films directement en vidéo qui n'ont guère contribué à accroître leur stature, les Muppets ont fait leur grand retour en 2011. Co-écrit par et mettant en vedette Jason Segel et mettant en vedette les talents d'Amy Adams et Chris Cooper, aux côtés d'un who's who des camées de célébrités, Les Muppets a retrouvé le cœur, l'humour et la musique emblématique des créations bien-aimées de Jim Henson.

C'est un film "rassemblez le groupe" qui repose non seulement sur la nostalgie du public, mais fournit également un excellent point d'entrée pour que les nouveaux téléspectateurs tombent amoureux de ces personnages. — RN

77. Cent et un Dalmatiens (1961)

Disney

Lorsque les gens contemplent le vaste monde des films d'animation de Walt Disney, beaucoup pensent immédiatement à leur héroïne ou à leur héros, tandis que d'autres se souviennent instantanément du méchant. Être honnête... Pouvez-vous même vous rappeler qui était le héros de Cent et un Dalmatiens est? Notre point exactement. Bien sûr, vous vous souvenez des adorables chiens tachetés, tous les 101. Mais c'est Cruella de Vil – exprimée par feu la grande Betty Lou Gerson – qui a volé la vedette. Hautaine et terrifiante et dangereuse et gourmande, et conduisant dans les voitures les plus cool, elle est un personnage pour les âges – et toujours délicieusement amusante à regarder. — EST

76. Planète au trésor (2002)

Disney

Planète au trésor était un énorme flop à sa sortie, bombardant le box-office alors qu'il s'agissait du film d'animation traditionnel le plus cher jamais réalisé. C'est dommage car cette aventure spatiale effrénée brille plus qu'un coffre plein de doublons. de Robert Louis Stevenson Île au trésor est un classique pour une raison (ce n'est pas la seule adaptation du livre que vous trouverez sur cette liste, bien que celui-ci soit sans Muppet), et en mettant à jour le décor pour en faire un opéra spatial de science-fiction, Planète au trésor apporte une toute nouvelle vie à un conte intemporel. — JG

75. Mathilde (1996)

Sony

Danny DeVito a réalisé et partagé la vedette dans cette adaptation fidèle du roman bien-aimé de Roald Dahl du même nom. Mara Wilson - qui a 35 ans maintenant!!! – joue le rôle de Matilda, une fillette de 6 ans dotée de pouvoirs magiques et d'une famille terrible et haineuse (dont DeVito en tant que père de Matilda). Soutenue par une enseignante aimante, Miss Honey (la merveilleuse Embeth Davidtz, qui aurait dû être une star majeure), Matilda vient exploiter ses pouvoirs, à savoir son humanité et ses capacités de télékinésie. DeVito capture l'esprit sombre, miteux et mesquin du monde autour de Matilda.

74. Ponyo (2008)

Studio Ghibli

Ponyo raconte une histoire très simple (bien qu'un peu étrange): un petit poisson rouge tombe amoureux d'un garçon et veut devenir une petite fille humaine. C'est l'étoffe dont sont faits les contes de fées. Ce que les frères Grimm n'avaient pas, cependant, c'était Hayao Miyazaki. La vie, les couleurs et le mouvement dans l'océan du Studio Ghibli sont une merveille à voir, un affichage envoûtant d'une belle complexité qui élève l'histoire merveilleusement enfantine. (Ou devrions-nous dire, submerge ce?) - JG

73. Coraline (2009)

Travaux de rêve

D'après la nouvelle de Neil Gaiman, Henry Selick Coraline est kindertrauma à son meilleur. C'est repousser les limites, provoquer des cauchemars et une histoire puissante sur l'importance de la famille. Lorsque Coraline tombe dans un univers parallèle avec des parents plus attentifs que les siens, elle croit avoir trouvé un sanctuaire. Mais il y a une vérité beaucoup plus sombre dans ce monde alternatif, et l'horreur qui s'y cache est suffisante pour donner même une pause à certains adultes. Coraline est un défi bienvenu pour les jeunes téléspectateurs intéressés par l'horreur et la fantaisie noire. Et à l'ère de l'animation par ordinateur, son animation en stop-motion est un spectacle rare à voir. — RN

72. Espionner les enfants (2001)

Films dimensionnels

Robert Rodriguez est une voix emblématique, une voix qui, même dans l'espace des films pour enfants, est toujours immédiatement reconnaissable. Lorsque les parents super-espions de Carmen et Juni sont capturés, les frères et sœurs utilisent les ressources de leurs parents pour les sauver de l'animateur de télévision pour enfants fou, Fegan Floop. Espionner les enfants se complaît dans l'absurdité tout en offrant un point d'entrée affectueux au genre de l'espionnage. L'action, le mystère et les gadgets sympas sont nombreux pour retenir l'intérêt d'un enfant. Oh, et puis il y a les Thumb-Thumbs, vraiment des trucs de cauchemars, mais rendus tout à fait plausibles dans le monde fantastique gonzo de Rodriguez. — RN

71. Bandits du temps (1981)

Films faits à la main

Terry Gilliam, l'animateur résident de Monty Python devenu auteur tordu, s'est tourné vers le monde du divertissement pour enfants avec le succès surprise de 1981 Bandits du temps. C'est une comédie noire entraînante sur un enfant contemporain qui finit par tomber avec un groupe de petites personnes qui voyagent dans le temps et qui traversent les âges avec le vol dans l'âme. Même à son plus PG et sain, Gilliam a quand même réussi à investir énormément d'humour, d'obscurité, de personnalité et d'imagination dans la procédure. Bandits du temps est le genre de film qui rend les enfants amoureux du cinéma en tant que médium et de ses possibilités infinies. Avons-nous mentionné que George Harrison a fait les chansons? — RN

70. Hercule (1997)

Disney

Les dieux grecs reçoivent le traitement Disney avec ce film divertissant qui, pour le bien des enfants du public, atténue le côté le plus sombre des contes mythologiques typiques. Ainsi, par exemple, Hera est le bien contre le mal. Rapide et divertissant, avec encore un autre casting de stars et quelques jokers décalés (Tate Donovan, Susan Egan, Danny DeVito, Rip Torn, Samantha Eggar, Hal Holbrook, Wayne Knight, Paul Shaffer, Charlton Heston, Bobcat Goldthwait, Matt Frewer et, mieux encore, James Woods en tant que méchant qui parle vite Enfers). De façon intéressante, Hercule est considéré comme une déception au box-office, car il n'a rapporté que 99 millions de dollars au box-office américain. — EST

69. Space Jam (1996)

Warner Bros.

La prémisse de Space Jam n'avait à peine de sens dans les années 90. Michael Jordan, juste au sommet de ses pouvoirs et terminant un passage étrange en tant que joueur de baseball de ligue mineure, combiné avec le Looney Tunes, qui étaient à nouveau à la mode pour des raisons liées ou non à la popularité du "gangster" bootleg Looney Tunes chemises. Space Jam ne devrait pas fonctionner - et à bien des égards, ce n'est pas le cas, en fait - mais il y a quelque chose de si déconcertant à quel point tout cela est inexplicable que vous ne pouvez pas vous empêcher de passer un bon moment. — JG

68. Mulane (1998)

Disney

Il y a un niveau de maturité impressionnant pour Mulane, étant donné le sujet d'une jeune femme qui rejoint l'armée impériale chinoise, déguisée en homme, afin de sauver son père malade d'une mort certaine. Les enjeux, à la fois en termes de représentation de la Chine par le film et de Mulan elle-même, ne pourraient pas être plus élevés, et pourtant les risques sont au service de quelque chose de plus grand: l'honneur. Mulan est l'un des personnages animés les plus complets de Disney, et Ming-Na Wen prête au personnage un étincelle attachante de résilience et d'humour qui permet à Mulan d'être tout aussi convaincant en tant qu'outsider qu'en tant que guerrier. Et Eddie Murphy maintient l'énergie du film en tant que Mushu. Les auteurs-compositeurs Matthew Wilder et David Zippel, qui sont venus à bord en tant que remplaçants de dernière minute du film si vous pouvez le croire, offrent une bande-son emblématique impossible à oublier. — RN

67. Alice au pays des merveilles (1951)

Disney

Alice au pays des merveilles est considéré comme un classique aujourd'hui, souvent mentionné dans le même souffle que les premiers films d'animation de Walt Disney comme Blanche-Neige, Cendrillon, Bambi, et Dumbo. Visuellement, c'est magnifique et inventif, ainsi que beaucoup plus trippant et moins linéaire que tout ce qui l'a précédé et la plupart de ce qui l'a suivi, ce qui est logique puisque c'est une adaptation de Lewis Carroll's Les aventures d'Alice au Pays des Merveilles. N'importe quel enfant qui a lu le livre et l'a aimé peut sûrement manipuler le film. S'il s'agit de la première introduction d'un jeune enfant au monde de Carroll, soyez prêt à répondre aux questions et éventuellement à calmer les inquiétudes. — EST

66. Raya et le dernier dragon (2021)

Disney

Raya et le dernier dragon est un spectacle à voir, un film qui non seulement met l'accent sur l'importance de l'unité, mais qui se présente également comme un film d'action fantastique. La princesse guerrière Raya (Kelly Marie Tran), qui a été témoin d'une tragédie qui a transformé son père en pierre et divisé son peuple, cherche un dragon, Sisu (Awkwafina) afin de restaurer un joyau mystique et chasser les mauvais esprits d'elle terrain. Co-réalisé par Vaianade Don Hall et Carlos Lopez Estrada, Raya et le dernier dragon renverse avec audace les attentes de la fantaisie et les notions traditionnelles du bien et du mal en mettant en évidence la complexité et la beauté des différentes cultures. C'est le film d'animation Disney pour cet âge actuel. — RN

65. Pinocchio (1940)

Disney

Le récit édifiant qui est Pinocchio a été raconté d'innombrables fois sur grand écran, dans des versions animées et live-action. Guillermo del Toro, lauréat d'un Oscar, en a un nouveau en route, et nous sommes ravis de le voir. Rien, cependant, ne vaut la comédie musicale animée de Walt Disney de 1940. L'histoire touche toujours le cœur, avec son scénario relatable Je veux être un vrai garçon et l'amour sans bornes de Geppetto pour sa création de marionnettes. Et les chansons, en particulier "When You Wish Upon a Star" et "I've Got No Strings", sont plus intemporelles que jamais. "When You Wish Upon a Star" et la musique du film ont tous deux remporté des Oscars. — EST

64. la belle et le Clochard (1955)

Disney

la belle et le Clochard est un favori sentimental pour de nombreux fans de Disney. Et c'est parce que l'amour est dans l'air pour Lady, un cocker doux mais gâté, et Tramp, un clébard facile à vivre et autosuffisant. L'histoire est adorable, l'animation est charmante et la romance est digne d'un évanouissement. La scène des spaghettis et des boulettes de viande, qui se termine par un baiser accidentel – et emblématique – continue de faire sourire près de 70 ans plus tard. Peggy Lee exprime plusieurs des personnages du film et chante un trio de chansons, et ses contributions sont inestimables, en particulier l'accent de Brooklyn qu'elle apporte au personnage Peg. — EST

63. Homme chauve-souris (1966)

Warner Bros.

Bien sûr, Batman est connu sous le nom de Dark Knight, mais avec tout le respect que je dois à Christian Bale et Robert Pattinson, le Caped Crusader ne le fait pas. toujours besoin d'être sombre et nerveux. Homme chauve-souris ’66 reprend la version charmante, ringarde et comique d’Adam West sur Batman de l’ancienne émission télévisée et la fait exploser jusqu’à la longueur. Il y a de la place dans le monde pour un Batman qui traque un tueur en série et un Batman qui repousse un requin avec son dandy Shark Repellent Bat-Spray… et l'un de ces deux Batmen est beaucoup plus adapté aux enfants. Coup de poing! Pow! Les bandes dessinées ne sont plus réservées aux enfants (mais parfois elles le sont, et c'est merveilleux). — JG

62. Un Noël Charlie Brown (1965)

Pomme

À bien des égards, Un Noël Charlie Brown est un peu comme le petit sapin de Noël de Charlie Brown. L'animation est un peu loufoque, l'intrigue un peu dispersée et c'est assez court. Ces qualités, cependant, font partie de ce qui en fait un classique si merveilleux et durable. Ces bizarreries sont ce qui fait Un Noël Charlie Brown se sentir distinct et spécial plutôt que générique, et comme l'arbre de Charlie Brown, il a beaucoup de cœur si vous lui montrez juste un peu d'amour. — JG

61. James et la pêche géante (1996)

Disney

Les histoires de Roald Dahl sont uniques parmi toute la littérature pour enfants. Il n'y a personne d'autre qui pourrait mélanger une telle fantaisie imaginative et aimante avec une séquence tordue, sombre et effrayante. Il convient donc que James et la pêche géante ne ressemble vraiment à aucun autre film pour enfants, arborant un style stop-motion distinct à la fois luxuriant et légèrement rebutant. C'est un film étrange avec un peu d'avantage, et cela le rend très mûr pour le plaisir. —JG

60. La belle et la Bête (1991)

Disney

Ce « conte aussi vieux que le temps », comme Mrs. Potts l'appelle, a été le premier (et pendant de nombreuses années, le seul) film d'animation à avoir été nominé pour le meilleur film aux Oscars. C'est plus que digne de l'accolade. Peu de films avant ou depuis, quel que soit le support, ont réussi ce que La belle et la Bête réussit, ce qui rend une sorte de romance très poilue sans effort intemporelle. Le fait que chaque chanson du film soit un classique de tous les temps aide certainement. — JB

59. Les Chroniques de Narnia: Le Lion, la Sorcière et l'Armoire Magique (2005)

Disney

Le monde magique de C.S. Lewis prend vie dans une adaptation fantastique réalisée par Andrew Adamson, faisant ses débuts en direct après Shrek et Shrek 2. Quatre enfants traversent une armoire dans un monde de merveilles et de dangers et apprennent que le destin de Narnia est entre leurs mains. Les enfants – Anna Popplewell, William Moseley, Skandar Keynes et surtout la jeune Georgie Henley (qui a maintenant 27 ans !!) – sont merveilleux et partagent une véritable chimie entre frères et sœurs, tandis que James McAvoy (en tant que faune, M. Tumnus), Tilda Swinton (en tant que sorcière blanche froide et impérieuse) et Liam Neeson (en tant que voix du lion royal, Aslan) élèvent chaque scène ils sont dans. La série Narnia a duré trois films, et c'est un régal de voir le quatuor principal d'acteurs mûrir physiquement et en tant qu'interprètes.

58. Comment le Grinch a volé Noël (1966)

MGM

Il y a trois facteurs qui font Comment le Grinch a volé Noël un tel classique de vacances. Le premier est le Dr Seuss, qui a écrit et illustré le livre qui a inspiré l'adaptation animée. Le second est mythique Looney Tunes l'animateur Chuck Jones, qui a mis tant de vie et de fantaisie dans chaque image. La dernière chose qui fait Grincheux un tel aliment de base de Noël est un homme qui est plus généralement associé à Halloween. Boris Karloff, le monstre de Frankenstein lui-même, fournit une narration qui donne à la procédure colorée et festive juste la bonne quantité de gravité.

57. La terre avant le temps (1988)

Images universelles

Le vétéran de Disney devenu chef de studio, Don Bluth, aurait dû couper énormément de scènes potentiellement cauchemardesques et traumatisantes pour les enfants pour obtenir une cote G plutôt que PG pour les années 1988. La terre avant le temps. Cela aide à expliquer la durée d'exécution rapide de 69 minutes du film. Mais énormément de noirceur s'est tout de même glissée dans le film. Le plaisir de la foule de Bluth occupe un monde ancien et perdu à la fois magnifique et incontestablement sombre, marqué par la mort, l'abandon et la peur. Les ordinateurs allaient bientôt prendre le relais de l'animation, mais La terre avant le temps illustre l'incroyable talent artistique de l'animation dessinée à la main dans sa phase la plus exigeante en temps et en main-d'œuvre. La terre avant le temps n'était pas seulement suivi par un suite directe en vidéo mais plutôt 13 des suivis qui, inutile de le dire, ne sont pas aussi essentiels ou vénérés que l'original. — NR

56. Aladdin (1992)

Disney

Aladdin est peut-être le film d'animation le plus important depuis Bateau à vapeur Willie. Il y avait des dessins animés avant Robin Williams - une célébrité de bonne foi! – a exprimé le Génie, et puis il y a eu tout ce qui a suivi. À partir de ce moment, ce serait la norme pour les films d'animation de présenter des acteurs de voix en direct de renom. Avec Aladdin, cependant, un tel casting était encore excitant et nouveau, et bien que le reste du film propose des visuels magnifiques et une histoire captivante, Aladdin est le film de Williams. Il est parfaitement interprété comme le Génie, car lui, comme son homologue bleu tout-puissant, est une force magique qui devait juste être libérée. Aladdin n'a jamais eu d'ami comme lui, et le public n'a jamais rien vu de tel non plus. — JG

55. Lilo & Stitch (2002)

Disney

Lilo & Stitch élargit considérablement la formule Disney. Ici, nous obtenons Stitch (alias Experiment 626), une créature extraterrestre bleue qui ressemble à un croisement entre un chien et un koala ours, arrivant sur Terre - en particulier à Hawaï - où il se lie d'amitié avec Lilo, une jeune excentrique, fougueuse et indépendante fille. Lilo et Stitch sèment le chaos partout où ils vont, et les pouvoirs en place sur la planète de Stitch veulent qu'il soit ramené à la maison. L'histoire met en lumière l'amitié, l'amour et la famille, en particulier la famille choisie, et elle est complétée par des images colorées. animation qui s'aventure de l'espace extra-atmosphérique aux plages d'Hawaï, ainsi qu'une demi-douzaine d'Elvis intelligemment utilisés Chansons de Presley. — EST

54. coco (2017)

Pixar

Tant de films «pour enfants» parlent de la mort – ou à tout le moins, mettent en évidence la mort dans les premiers instants. (Voir: chaque film Disney avec une maman décédée.) coco va au-delà de cela d'une manière belle, touchante et technicolor. Le voyage de Miguel vers le pays des morts inspiré de Dia de los Muertos est une aventure amusante, mais c'est aussi une chaleureuse et une réflexion sérieuse sur la famille et sur la façon dont ceux que nous avons aimés et perdus ne sont jamais vraiment partis si vous vous en souvenez leur. — JG

53. Le grand câlin des marionnettes (1981)

Disney

C'est peut-être approprié, étant donné que le film est un braquage fou, mais les débuts en tant que réalisateur de Jim Henson sont un joyau criminellement sous-estimé. Pris en sandwich entre 1979 Le film des marionnettes et 1984 Les Muppets prennent Manhattan, le deuxième long métrage des Muppets, qui se déroule à Londres, est en fait sans pareil. Sa bande-son est remplie de morceaux chantables, y compris le touchant "The First Time It Happens", le hilarant "Piggy's Fantasy" et la roue libre Le groove rock-disco dirigé par Electric Mayhem "Night Life". Il y a un certain nombre de moments vraiment fous de rire (y compris un grand gag visuel qui ponctue une blague courante sur un lien familial inattendu entre Kermit et Fozzie), mais le véritable accomplissement du film est la façon dont il repousse les limites de la marionnette pour raconter une histoire pleine d'humour et cœur. Lorsque Kermit, Piggy et le reste du gang chantent et font du vélo à travers Battersea Park, vous oublierez temporairement que vous regardez des créatures faites de mousse et de feutre. — CG

52. En haut (2009)

Pixar

En haut est sans doute le zénith de l'animation Pixar. C'est beau à regarder, drôle au possible et touchant au-delà des mots. Ed Asner fournit la voix de Carl, un vieux veuf grincheux qui se retrouve dans l'aventure d'une vie en Amérique du Sud, pas avec son défunt, épouse bien-aimée, Ellie, mais plutôt avec un jeune explorateur de la nature excité nommé Russell (Jordan Nagai) qui devient en quelque sorte une famille choisie. Asner méritait un Oscar, et Christopher Plummer (en tant qu'explorateur chassant un oiseau insaisissable nommé Kevin) est tout aussi bon. La séquence d'ouverture, quatre minutes et 22 secondes remarquables qui révèlent l'histoire d'amour de Carl et Ellie, ne manque jamais de réduire les adultes en flaques de larmes. — EST

51. Dragon de Pete (1977)

Disney

Même à l'âge adulte, c'est toujours un plaisir de voir des dessins animés interagir avec des personnes ou des environnements en direct. Ce sont deux médiums différents! Ils ne vont pas ensemble! Dragon de Pete capitalise sur cette excitation inhérente en faisant d'Elliot (le dragon titulaire de Pete) la seule partie animée du film, signalant instantanément qu'il ne fait 1) pas partie du monde banal de la chair et du sang et 2) qu'il est plus gentil et plus caricatural chiffre. Dragon de Pete est inégal d'une manière que beaucoup de films Disney de l'époque sont, mais vous ne pouvez tout simplement pas battre un grand dragon de dessin animé vert étant le meilleur ami d'un petit garçon. — JG

50. Le roi Lion (1994)

Disney

La renaissance de l'animation Disney des années 1980-1990 s'est inspirée des plus hautes sources intellectuelles lorsque les années 1994 Le roi Lion a donné Hamlet une rotation animée et anthropomorphe. (Attendre est-ce Hamlet?) L'histoire lourde et dramatique d'un jeune prince qui doit faire face à la duplicité et à la trahison dans sa propre famille sous la forme de son infâme oncle Scar (Jeremy Irons, méchanceté suintante) est allégé par les bouffonneries comiques de Timon et Pumba et des chansons contagieuses comme "Hakuna Matata" de l'équipe d'écriture de chansons d'Elton John et Tim Rice, qui a remporté trois nominations aux Oscars pour la meilleure chanson de ce film. seul. Avec Le roi Lion Disney aspirait à la grandeur et y est parvenu. — NR

49. Vol du Navigateur (1986)

Disney

Les années 1980 étaient pleines de films pour enfants qui devaient leur existence au succès saisissant de l'air du temps de E.T. Steven Spielberg lui-même en a produit plusieurs, notamment Gremlins et sa suite. Spielberg n'a pas été impliqué dans le classique culte de Disney de 1986 Le vol du navigateur, mais il est difficile d'exagérer son influence sur le film. Le vol du navigateur reproduit la dynamique centrale de E.T. en faisant en sorte qu'un enfant se lie d'amitié avec un extraterrestre avec un esprit et une sensibilité adorablement enfantins. Seulement dans ce cas, le joueur E.T. en question est Max, le contrôleur robotique d'un vaisseau spatial qui transporte un garçon solitaire dans l'espace. Un an seulement après le succès retentissant de La grande aventure des Pee-Wee, Paul Reubens fournit la voix ainsi que l'esprit espiègle et adorable de Max dans un virage motorisé et virtuose. — NR

48. Willy Wonka et la chocolaterie (1971)

Primordial

Roald Dahl était aussi connu pour son antisémitisme que vénéré pour son génie durable, mais Willie Wonka, sa création la plus célèbre, sera à jamais associée à l'acteur juif Gene Wilder. Wilder a trouvé le ton parfait pour le légendaire pâtissier gimmick-happy, à la fois vaguement sociopathe, sèchement sarcastique, follement condescendant, secrètement humain et finalement très triste, voire tragique. Wilder's Wonka méprise l'humanité, mais en particulier les enfants, comme s'ils étaient une espèce inférieure qu'il ne comprendra jamais car ils défient fondamentalement la compréhension. Les numéros de production cauchemardesques, les chansons entraînantes sadiques et l'obscurité flottante aident certainement, mais la clé du culte durable du film réside dans le génie délicat du film intransigeant et totalement intrépide de Wilder performance.

47. Les Aristochats (1970)

Disney

Disney est devenu jazzy avec Les Aristochats, et ce fait se reflète dans les images animées tourbillonnantes qui accompagnent les numéros musicaux enjoués. L'histoire se déroule à Paris en 1910 et est centrée sur la duchesse (Eva Gabor) et ses trois chatons, qui sont jetés dans le campagne d'Edgar (Roddy Maude-Roxby), un majordome mécontent que les chats, et non lui, héritent de la propriété de son employeur fortune. De retour à Paris, ils rencontrent O'Malley (Phil Harris), qui devient un amour pour la duchesse et une figure paternelle pour le chatons, et le copain de chat de ruelle musicalement incliné d'O'Malley, Scat Cat (Scatman Crothers) et ses chants, danses et jeux d'instruments copains. La Aristochats est particulièrement amusant pour les enfants, avec de nombreux gags et poursuites idiots. La musique et les voix sont des atouts.

La seulement Ce dont les parents doivent être conscients, c'est que quelques-uns des chats de jazz de fond flirtent avec les stéréotypes raciaux. Ce n'est rien d'approchant à quel point offensant Dumbo ou Pierre Pan obtient (aucun d'entre eux n'a fait notre liste pour cette raison exacte), mais soyez juste conscient. L'avantage ici est que c'est l'un des le moins effrayant films classiques de Disney de tous les temps. — EST

46. Mur-E (2008)

Pixar

Il y a des tonnes de films pour enfants avec des messages environnementaux, ce qui est génial, mais beaucoup d'entre eux ne sont pas exactement subtils, et ils battent leur spectateur sur la tête pour sauver la Terre au point où vous vous demandez presque si ce n'est plus efficace. Ce n'est pas le cas avec Mur-E, qui a suffisamment confiance en son public pour croire qu'il fera passer le message à travers un long premier acte qui ressemble presque à un film muet. Les choses deviennent un peu plus explicites lorsque Wall-E se rend dans l'espace et trouve ce qui reste de la race humaine, mais même ainsi, le film résiste à tout épeler pour son spectateur. Alors que l'humanité redécouvre à la fin, il est plus gratifiant de faire soi-même une partie du travail. — JG

45. Une histoire de Noël (1983)

MGM

Les enfants entendent énormément le mot « non »: puis-je me coucher tard? Puis-je avoir de la glace au petit-déjeuner? Puis-je faire du vélo au Japon pour voir mon groupe préféré en concert? Non non Non. Le réalisateur Bob Clark résume parfaitement ce truisme dans Une histoire de Noël, une série de vignettes d'enfance de l'écrivain et conteur Jean Shepherd (qui raconte également le film en tant que Ralphie adulte) reliés par un fil conducteur: le désir de Ralphie Parker, 9 ans, d'avoir un modèle officiel de carabine Red Ryder à 200 coups fusil à air comprimé. C'est une bouchée, et aussi potentiellement dangereuse, comme presque tous les adultes le lui rappellent tout au long des 94 minutes du film. Même le Big Guy du pôle Nord est impliqué dans le complot de sécurité: "Tu vas te crever les yeux, gamin". dit le père Noël d'un grand magasin avant de pousser Ralphie sur un toboggan géant avec sa grosse botte noire. "Ho ho ho." Tout fonctionne à la fin – pour la plupart – et au moment où le générique final roule, Une histoire de Noël s'avère être plus qu'une quête de jouet pour un jeune garçon. Il s'agit de l'importance de la famille, des amis et du ralentissement pour apprécier les moments simples de la vie avant qu'ils ne vous dépassent. Après tout, n'est-ce pas le but des vacances ?

44. saule (1988)

Lucasfilm

L'aventure et la romance sont au cœur de saule, un film fantastique de la fin des années 1980 du réalisateur Ron Howard et du producteur George Lucas qui a gagné en popularité au fil des ans – et reste un bon divertissement familial. Un bébé est destiné à provoquer la chute d'une sorcière maléfique, la reine Bavmorda de Nockmaar (Jean Marsh), et elle veut que l'enfant soit tué. L'effort pour protéger cet enfant conduit à un partenariat improbable entre Willow (Warwick Davis), une petite personne de Nelwyn au bon cœur et une aspirante sorcière, et un mercenaire fanfaron, Madmartigan (Val Kilmer), qui romance avec la fille libre d'esprit de la reine Bavmorda, Sorsha (Joanne Whalley) – ou est-ce qu'elle romance lui? Kilmer et Whalley ont fini par se marier dans la vraie vie, et Davis, qui charme du début à la fin, reprendra son rôle de Willow dans une prochaine série Disney+.

43. Le film Lego (2014)

Warner Bros.

Le public et les critiques n'avaient pas de grands espoirs pour 2014 Le film Lego, un film inspiré d'une gamme populaire de jouets de construction en plastique pour enfants. La comédie animée CGI aveuglément brillante des farceurs post-modernes Phil Lord et Christopher Miller sur un homme affable, exprimé par Chris Pratt, qui découvre qu'il peut posséder un caractère héroïque le destin s'est élevé au-dessus des attentes basses et basses engendrées par son inspiration avec une folle ébat à travers apparemment l'intégralité de la culture pop, ou du moins la propriété intellectuelle Warner Frères. les contrôles. Le film Lego n'est pas seulement drôle et inventif; c'est aussi étonnamment satirique et étonnamment émotionnel. Le film Lego n'est pas seulement drôle et divertissant; il s'agit vraiment de quelque chose aussi. — NR

42. Robin des Bois (1973)

Disney

Les années 1970 ne sont généralement pas considérées comme un point culminant pour l'animation Disney. La période entre la mort de Walt Disney en 1967 et la renaissance de Disney à la fin des années 1980 et 1990 représente une période sauvage pour le studio, mais les films qu'il a réalisés pendant cette période ostensiblement en friche ont néanmoins touché le public, en particulier les enfants, dans un grand façon. C'est particulièrement vrai en 1973 Robin des Bois, l'adaptation bien-aimée de l'ère Nixon de House of Mouse du fil classique sur une âme héroïque qui vole les riches et donne aux pauvres, avec des chansons du génie excentrique de la country Roger Miller. Brian Bedford aurait peut-être trop bien réussi à rendre le personnage principal foxy à plus d'un titre, car Robin des Bois a créé plus de fourrures que n'importe quel autre film de ce côté-là Zootopie, qui s'inspire très ouvertement de Robin des Bois et son héros emblématique. — NR

41. Histoire de jouet (1995)

Pixar

Sur papier, Histoire de jouet n'avait pas l'air particulièrement distingué. C'était le premier film d'un nouveau studio appelé Pixar impliqué dans le nouveau domaine passionnant et terrifiant de l'animation par ordinateur de long métrage. Encore moins encourageant, il s'agissait des aventures de jouets réels et extrêmement achetables comme Mr. Potato Head (exprimé par Don Rickles) ainsi que des amis jouets fictifs comme le héros de l'espace Buzz Lightyear (Tim Allen) et le retour des cow-boys Woody (Tom Hanks). Histoire de jouet a dépassé les attentes avec une animation si éblouissante, révolutionnaire et richement imaginée que cela ressemblait à une forme de magie. Mais Histoire de jouet n'avait pas seulement l'air différent et meilleur que presque tous les films d'animation jamais réalisés: il était tout aussi sophistiqué et satisfaisant dans sa narration. Dès le début, Pixar était particulièrement doué pour intégrer une technologie de pointe avec une compréhension semblable à celle de Disney des besoins émotionnels du public cinéphile. Les gens étaient peut-être sceptiques à l'idée que l'animation par ordinateur entre dans Histoire de jouet, mais il n'a pas simplement racheté CGI en tant que support; il l'a établi comme un médium avec le potentiel d'être plus profond, plus riche et plus grand que l'animation conventionnelle de toutes les manières imaginables. A l'exception de Nas Illmatique et Orson Welles Citoyen Kane, les débuts ne vont pas mieux que ça. — NR

40. Qui veut la peau de Roger Rabbit? (1988)

Pierre de touche

Le pouvoir impressionnant du producteur exécutif Steven Spielberg, le cinéaste le plus prospère sur le plan commercial l'histoire du cinéma américain, ainsi que l'un de nos plus grands auteurs, a réalisé l'impossible avec 1988 Qui veut la peau de Roger Rabbit. Il a réuni Disney et Warner Bros. et Mickey Mouse et Donald Duck, sans parler d'une multitude d'autres icônes légendaires de dessins animés pour un conte de dessin animé noir extrêmement sombre sur la luxure, la cupidité, le meurtre et les transports en commun.

Bob Hoskins aurait dû gagner un putain de prix Nobel, pas seulement un Oscar, pour son hilarant et bouleversant de réalité performance en tant que tragique shamus Eddie Valiant, tandis que Jessica Rabbit a lancé la puberté pour plusieurs générations de jeunes excités personnes. Le juge Doom de Christopher Lloyd, quant à lui, n'était pas seulement façon trop terrifiant pour un film pour enfants; il serait trop effrayant même pour le film d'horreur pour adultes le plus intense. Qui veut la peau de Roger Rabbit n'est rien de moins qu'un miracle, la fusion parfaite d'une technologie de pointe et d'une narration de classe mondiale. — NR

39. Poulailler (2000)

Travaux de rêve

Quand il a fait le saut vers le cinéma sur grand écran avec les années 2000 Poulailler, Aardman Animations a conservé l'esprit drôle et la britannicité invétérée qui distinguaient sa production télévisuelle, mais a ajouté un élément extrêmement cinématographique de spectacle et d'aventure. Poulailler est un riff étendu sur La grande évasion avec des poulets terrifiés à l'idée d'être abattus par des fermiers maléfiques prenant la place de soldats alliés et un couple de fermiers infâmes assumant les rôles occupés par les nazis dans le film original. Poulailler est toujours le film d'animation en stop-motion le plus rentable de tous les temps, il n'est donc peut-être pas surprenant qu'une suite de longue date sorte sur Netflix l'année prochaine. — NR

38. Spider-Man: dans le Spider-Verse (2018)

Sony

Récemment, les films de super-héros ont été obsédés par l'exploration du "multivers", un concept de bande dessinée qui offre beaucoup de créativité opportunités mais comporte le risque de rendre les choses trop compliquées, obtuses et autoréférentielles pour que le spectateur moyen puisse comprendre. Spider-Man: dans le Spider-Verse totalement évité de s'emmêler dans ce web. Tout comme il énonce la devise que "n'importe qui peut porter le masque", n'importe qui peut suivre (et apprécier) l'un des meilleurs films de mémoire récente. Vers d'araignée c'est loufoque, mais c'est accessible à tous, qu'ils soient ravis de voir un héros qui leur ressemble, empathique avec les crises de la quarantaine, ou sont simplement ravis de voir Spider-Ham frapper un méchant avec un gros marteau. —JG

37. La princesse à marier (1987)

Renard du 20e siècle

1987 La princesse à marier n'était qu'un modeste succès au box-office, mais au cours des trois décennies et demie qui ont suivi sa sortie, il a été si apprécié et si omniprésent que tout le monde en a apparemment fait l'expérience. Ce n'est pas différent Une histoire de Noël à cet égard. Si les gens n'ont pas vu l'adaptation charmante et sans effort de Rob Reiner du roman de William Goldman sur les contes de fées, l'enfance, l'innocence, la narration et l'imagination, alors ils l'ont sans aucun doute traité à travers des mèmes, des citations, des hommages, des parodies et imitations. Cary Elwes et Robin Wright sont devenus des icônes romantiques instantanées en tant qu'amants au cœur pur, et ils sont soutenus par un casting de sonneries comme Billy Crystal, Mandy Patinkin, Wallace Shawn, Christopher Guest, Andre the Giant, Carol Kane et Peter Falk dans un casting parfait les rôles. La princesse à marier est tout aussi bon que sa réputation en or le suggère. C'est mieux que bien; c'est parfait, un classique contemporain trop citable qui est bien plus que la source de beaucoup de piratage sur Internet. — NR

36. Trouver Doris (2016)

Pixar

Trouver Doris ne peut pas tout à fait atteindre les hauteurs (profondeurs ?) de son prédécesseur, Le monde de nemo. C'est compréhensible, surtout parce que trop souvent, les franchises ont du mal à promouvoir un personnage de soutien comique comme Dory dans un rôle de premier plan. Et encore Trouver Doris est un charmant plongeon dans l'océan, et Dory prospère plutôt que de patauger en tant que protagoniste, la rendant auparavant drôle problèmes de mémoire dans une histoire étonnamment tendre sur le dépassement du doute de soi et l'amour inoubliable que les parents ont pour leur des gamins.

35. Accrocher (1991)

Tristar

Rufio! Rufio! Rufio! Si chanter le nom de ce personnage n'a pas de sens pour vous, cela signifie que vous n'avez jamais vu le plus grand Pierre Pan adaptation de tous les temps, l'épopée de Robin Williams Accrocher. Bien sûr, ce film est daté et criblé d'un sentiment général des années 90. Et pourtant, en ce qui concerne les versions "modernes" des histoires pour enfants "classiques", Accrocher est l'un des plus uniques. Aussi, peut-être, le film le plus sous-estimé de Steven Spielberg. — RB

34. Le secret du NIMH (1982)

MGM

Animateur légendaire Don Bluth fait ses débuts en tant que réalisateur avec une adaptation de Robert C. O'Brien's Mme. Frisby et les rats du NIMH. Ce qui est génial avec Bluth et en particulier avec ce film, c'est qu'il ne sous-estime jamais l'intelligence de enfants et mélange habilement la fantaisie avec la réalité du monde, même si cette réalité est sombre et angoissant. Le personnage central, une souris nommée Mrs. Brisby (modifié des livres pour éviter les problèmes de droit d'auteur avec le disque de sport) entreprend une quête pour sauver son enfant malade Timothy, découvrant une colonie de des rats technologiquement avancés et le secret de son mari décédé, des rongeurs qui faisaient tous partie d'expériences à l'Institut national de la santé mentale (NIMH). C'est une révélation impressionnante et fait toute la différence sur les tests sur les animaux. Pourtant, malgré ces implications plus larges, Bluth ne perd jamais de vue Mrs. Le voyage héroïque de Frisby. — RN

33. Le ballon rouge (1956)

Photos de Lopert

L'argument pour ce film comme l'un des meilleurs films pour enfants de tous les temps est triple. Tout d'abord, c'est un excellent moyen de faire passer les enfants des films d'animation à l'action en direct. Deuxièmement, c'est un film sur les ballons sensibles - et où allez-vous voir ça? Troisièmement, et avant tout, certains des meilleurs films de l'histoire du cinéma sont des films muets et peu d'adultes sont même plus exposés à ce média. Si le ballon rouge est le seul film muet que votre enfant ait jamais vu, ce sera un bon film. — RB

32. Princesse Mononoke (1997)

Studio Ghibli

Un autre classique absolu du scénariste-réalisateur Hayao Miyazaki, Princesse Mononoke tourne une histoire passionnante, passionnante et stimulante sur Ashitaka, un prince de l'ancien Japon qui se fait prendre dans un affrontement entre des humains qui détruisent une forêt luxuriante et merveilleuse et les esprits de la forêt déterminés à protéger ce. Les messages sont sans équivoque et l'animation et la musique sont parfaites. Celui-ci est recommandé pour les enfants un peu plus âgés, et nous suggérons également d'utiliser la version en anglais, qui est renforcée par un scénario de Neil Gaiman et les voix de Minnie Driver, Billy Crudup, Billy Bob Thornton, Claire Danes, Jada Pinkett Smith et les autres. — EST

31. Seul à la maison (1990)

Tristar

Pure malice. C'est le nom du jeu dans Chris Columbus Seul à la maison, qui a fait de Macaulay Culkin une enfant star et a lancé une demi-douzaine de suites qui n'ont jamais été à la hauteur de la première. En tant qu'enfant, il y avait toujours un peu de réalisation de souhaits dans Seul à la maison, non seulement sur le principe d'être livré à vous-même pour défendre votre maison contre les cambrioleurs, mais aussi sur le fait que les cambrioleurs, Harry et Marv, joués de manière si mémorable par Joe Pesci et Daniel Stern avaient un véritable sentiment de menace à propos de leur. Ils venaient si clairement du monde des adultes, ce que les suites sans Columbus oubliaient souvent. Seul à la maison défie les notions préconçues des comédies pour enfants en intégrant un véritable sens du danger dans sa joie et ses détournements de vacances. — RN

30. Congelé (2013)

Disney

Parents, soyez prévenus: l'un des meilleurs aspects de Congelé est aussi, potentiellement, la pire partie. "Let It Go" est une chanson formidable - peut-être la meilleure de l'ère moderne de Disney - mais c'est aussi un énorme ver d'oreille, alors soyez prudent avant de lancer Disney +. Heureusement, il y a bien plus à Congelé que les pipes d'Idina Menzel. Le film est une inversion amusante de la formule classique des princesses Disney sans aucun Shrek-comme des clins d'œil, et le lien fraternel entre Elsa et Anna forme le cœur chaleureux au cœur de ce conte glacial.

29. Les transformateurs: le film (1986)

Hasbro

Le film d'animation le plus transgressif et bizarrement mature conçu pour vendre aux enfants un tas de jouets coûteux est facilement Les transformateurs: le film. Non seulement ce film enseigne aux enfants des leçons saines (et tristes !) sur la mort, mais il contient également le voyage d'un héros immédiatement relatable. Voir Autobot Hot Rod (Judd Nelson) passer de preneur de risques pétulant à leader de bonne foi est toujours, en quelque sorte, inspirant. Le reste du talent vocal est irréel. De Robert Stack à Leonard Nimoy, Eric Idle, et oui, Orson Welles en tant que planète qui mange d'autres planètes, il est difficile de trouver un film pour enfants des années 80 plus amusant que Transformateurs.

Mais ensuite, vous vous souvenez de la bande son. Weird Al est là, mais tous les enfants des années 80 se souviendront toujours du banger de Stan Bush "The Touch". Les enfants contemporains auront-ils l'impression que ce film a toujours le pouvoir? La réponse est un grand oui. — RB

28. 9 (2009)

Caractéristiques de mise au point

Penser à 9 en tant que médicament d'entrée de votre enfant vers la post-apocalypse. Quel est sans aucun doute le film le plus effrayant de cette liste (vous voudrez attendre qu'ils soient plus proches de 10 ans pour celui-ci), 9 est également le film pour leur présenter certaines des joies les plus profondes que vous trouverez dans les films pour adultes - civilisations perdues, sauts de siège, poursuites et bande-son pleine de suspense (qui comprend probablement l'utilisation la plus horrible de "Somewhere Over the Rainbow" dans un film à Date). Il a également une distribution de personnages tout aussi colorée qui comprend des robots tueurs (dont un avec une tête de poupée), de douces marionnettes en toile de jute imprégnées de l'âme de l'humanité et Christopher Plummer. Bien qu'il y ait un suspense saisissant et une part de mort (mais pas de gore), tout est tempéré par le fait que l'espoir règne en maître tout au long de ce film – et l'emporte à la fin. C'est, après tout, un film pour les enfants. — TT

27. À l'envers (2015)

Pixar

Les enfants ont de grands sentiments. Et, l'une des choses les plus difficiles à propos de la parentalité est de déballer ces sentiments. Il est difficile de penser à un meilleur film pour enfants qui aborde réellement cela. À l'envers on dirait que ça pourrait être le meilleur film Pixar de tous les temps. La seule raison pour laquelle c'est peut être ce n'est pas simplement que c'est tellement méta. Pourtant, une nourriture absolument essentielle et réconfortante pour tous ces enfants qui vivent à haute voix. —RB

26. bébé (1995)

Universel

Ça va faire cochon! Aucune enfance n'est complète sans une aventure centrée sur le cochon, et il est vraiment difficile de trouver un film de cochon plus parfait que bébé. Il y a certainement des aspects tristes dans ce film et la possibilité qu'il transforme certains enfants en végétariens. (Ce qui, sans doute, est le meilleur scénario !) Pouvez-vous vraiment dire que vous avez été parent si vos enfants n'ont pas vu bébé? — RB

25. parc jurassique (1993)

Universel

C'est l'un des plus grands films de tous les temps, comme tous ceux qui lisent ceci le savent déjà. Pour les enfants d'un certain âge qui aiment les dinosaures, il n'y a pas de meilleur choix. La merveille du film de Steven Spielberg, la façon dont il a donné vie aux dinosaures à l'écran comme jamais auparavant, et le casting de personnages mémorables composé d'adultes et d'enfants, son équilibre entre science et sensations fortes, ont permis parc jurassique pour rester populaire près de 20 ans plus tard. Bien que cela puisse être assez intense pour les jeunes téléspectateurs, pour ceux qui sont assez âgés pour apprécier une secousse, parc jurassique est une expérience cinématographique fondamentale. — RN

24. Service de livraison de Kiki (1989)

Société Toei

Il y a une quantité merveilleuse de fantaisie et de charme dans ce film, l'un des meilleurs de Hayao Miyazaki, mais bien que Kiki plane dans le ciel sur un balai volant, les enjeux sont remarquablement ancrés. Kiki est une jeune sorcière dans la grande ville pour la première fois, essayant de trouver son premier emploi et une place dans le grand beau monde. C'est une histoire de passage à l'âge adulte avec un grand modèle en son centre. En fin de compte, Kiki parle d'un bon enfant qui veut juste travailler dur et aider les gens - quelque chose d'aussi magique que n'importe quel chat qui parle. — JG

23. Homeward Bound: l'incroyable voyage (1993)

Disney

Les enfants comme les parents sont ravis de Retour à la maison pendant près de trois décennies. Trois animaux domestiques - Chance (Michael J. Fox, qui sert de narrateur), un bouledogue distant; Shadow (Don Ameche), un golden retriever vieux mais expérimenté et sage; et Sassy (Sally Field), un chat himalayen gâté, sont séparés de leur famille et pensent qu'ils ont été abandonnés. Ils se lancent donc dans une dangereuse randonnée à travers le désert, dans l'espoir de rentrer chez eux en toute sécurité. Cela signifie endurer le terrain et la météo et déjouer un ours et un puma. Il y a de la comédie et de l'action, des leçons sur l'amitié et la famille, et tout est tourné en direct, ce qui est génial... sauf que la bouche des animaux ne bouge pas quand ils parlent! - EST

22. Le Hobbit (1977)

Renard

Pour de nombreux enfants des années 80 et 90, Le Hobbit était notre première introduction à Le Seigneur des Anneaux. Alors que les réalisateurs Arthur Rankin Jr. et Jules Bass étaient principalement connus pour leurs spéciaux des fêtes, ils ont laissé une impression durable sur les fans de fantasy en herbe avec leur adaptation du roman de Tolkien et du héros improbable Bilbo Baggins, interprété avec brio par Orson Haricot. Avec de belles conceptions de personnages, un équilibre habile entre humour et tension - y compris une excellente adaptation de la scène emblématique "Riddles in the Dark" et quelques belles chansons de Maury Laws, Le Hobbit est une expérience fantastique formative qui dépasse la notion de téléfilm. — RN

21.Guerres des étoiles (1977)

LMPC/Getty Images

Le seul film Star Wars que vos enfants ont réellement besoin à voir est celui qui ne nécessite pas de sous-titre. Bien que le talent artistique et l'étendue de la galaxie Star Wars deviennent plus variés et peut-être Plus profond dans les suites, les préquelles et les retombées ultérieures, le film original (plus tard sous-titré Épisode IV: Un nouvel espoir) est une merveilleuse aventure autonome. La massivité de Star Wars en tant que phénomène a peut-être, au fil des ans, diminué la puissance du premier film. Mais le film était un classique instantané pour une raison, et plus que tout autre film Star Wars se déroule comme un véritable classique pour enfants. — RB

20. Paddington (2014)

Michael Tran/FilmMagic/Getty Images

Le premier film d'action en direct basé sur les livres bien-aimés du même nom n'est probablement pas classé G, mais plutôt PG. Pourquoi, me demanderez-vous? La réponse est que Nicole Kidman joue un taxidermiste diabolique qui tire également sur des personnes et des animaux avec un pistolet silencieux qui tire des fléchettes assommantes. Son objectif est de bourrer Paddington, et franchement, Kidman vend cette performance peut-être mieux que n'importe quel méchant de Bond. Le reste du casting est tout aussi incroyable, y compris Hugh Bonneville (vous savez, le papa de L'abbaye du centre ville) et Sally Hawkins (La forme de l'eau). Ben Whishaw (Q des films de Daniel Craig Bond) cloue la voix de Paddington, tandis que le MVP secret Peter Capaldi se cache comme un voisin curieux hilarant.

Bien que Paddington 2 est le meilleur film, vous devez commencer ici. Et si Paddington était le premier film "live-action" de votre enfant, vous feriez quelque chose de bien. Ce film prépare votre enfant à littéralement tous les tropes de films d'action, de la manière la plus délicieuse possible. — RB

19. Wallace & Gromit: La malédiction du lapin-garou (2005)

Travaux de rêve

Après avoir franchi la porte en rugissant avec Poulailler, Pourtant, sa caractéristique la plus rentable, les génies délicieusement anglais d'Aardman Animations sirotant du thé, mangeant des crumpets, a donné leurs icônes les plus aimées, le génial inventeur Wallace et son fidèle toutou Gromit, leur propre véhicule de long métrage avec les années 2005 séduisant Wallace & Gromit: La malédiction du lapin-garou. Le résultat était effrayant de la manière la plus innocente et la plus adaptée aux enfants possible, une adorable comédie d'horreur avec un esprit délicieusement drôle. Et dans un monde d'exécution gonflé, Wallace & Gromit: La malédiction du lapin-garou dure 85 minutes maigres. Ce joyau d'animation en stop-motion primé aux Oscars fait une très grande impression en un minimum de temps. — NR

18. Le fantastique M. Fox (2009)

Projecteur de renard

A l'heure, Fantastique M. Fox se sent un peu trop particulier et spécifiquement adulte pour être un film «pour enfants», en raison de la combinaison de la narration unique de Roald Dahl et de l'esthétique singulière de Wes Anderson. Pourtant, cela le rend parfait, d'une manière inattendue, en tant que film pour enfants, car parfois les enfants agissent comme de petits adultes étranges. Ils méritent de voir un renard de George Clooney en stop-motion vivre une petite vie charmante et se livrer à de délicieux jinks. C'est un twee, animal Ocean’s Eleven. — JG

17. Superman (1978)

Warner Bros.

Le film qui a tout commencé. Si votre enfant est fan de films de super-héros, tout a commencé ici avec Richard Donner Superman. Des performances emblématiques de Christopher Reeve, Margot Kidder et Gene Hackman en tant que Superman, Lois Lane, et Lex Luthor respectivement, et la partition emblématique de John Williams, Donner a présenté Superman comme un Américain fable. C'est léger sur l'action, peut-être plus que ce à quoi le jeune public d'aujourd'hui peut s'attendre, et plus lourd sur la romance que le jeune public ne le souhaite, mais il ne fait aucun doute qu'il y a toujours un sentiment d'émerveillement passionnant à voir Superman monter dans les cieux et Reeve fournir la chaleur et l'intégrité auxquelles vous voudriez que vos enfants aspirent à. — RN

16. L'histoire sans fin (1984)

Warner Bros

Entre donner au monde le célèbre chef-d'œuvre sous-marin allemand de la Seconde Guerre mondiale Das Boot et les thrillers à forte intensité de services secrets Dans la Ligne de Feu et Air Force One, L'auteur teutonique Wolfgang Petersen s'est essayé au tarif pour enfants avec une adaptation bien-aimée de 1984 du roman du même nom de Michael Ende. S'il était redémarré aujourd'hui, L'histoire sans fin serait rempli de CGI sans âme, mais il a eu la chance d'être créé à une époque où les effets pratiques et les marionnettes régnaient. La merveilleuse méditation de Petersen sur le pouvoir de changer la vie de la narration et de l'imagination suit un garçon peu sûr de lui qui est aspiré dans le livre titulaire sur un royaume appelé Fantasia menacé par une force malveillante connue sous le nom de The Darkness à un niveau de plus en plus littéral, devenant finalement un acteur de l'action lui-même. C'est un film d'obscurité et d'émerveillement qui n'a pas peur d'aller dans des endroits très sombres et potentiellement traumatisants ET il a un banger d'une chanson thème de la Nouvelle Vague. Malgré le titre L'histoire sans fin se termine après 94 minutes, et le Histoire sans fin La franchise s'est terminée après trois films, dont le dernier est passé directement à la vidéo. — NR

15. Enlevée comme par enchantement (2001)

Studio Ghibli

Les fans du légendaire animateur japonais Hayao Miyazaki considèrent Enlevée comme par enchantement être l'un de ses trois meilleurs films, sinon le meilleur. À juste titre. C'est un fantasme vif, rempli d'émerveillement et de quelques frayeurs, à propos d'une fillette de 10 ans, Chihiro, qui entre de manière inattendue dans un monde fantastique où ses parents sont des cochons et une sorcière vole son nom. L'animation est riche et brillante, et l'histoire célèbre la nature, la famille, la persévérance, l'amitié et la bravoure d'une jeune fille. Bien que le film fonctionne bien dans la version japonaise originale, les jeunes enfants pourraient préférer l'itération américaine, qui présente le voix de Daveigh Chase, John Ratzenberger, Suzanne Pleshette, Jason Marsden, Susan Egan, David Ogden Stiers et Michael Chiklis. — EST

14. Le géant de fer (1999)

Warner Bros

Après une brillante carrière à la télévision qui comprenait Le Critique, Roi de la Colline, et Les Simpsons pendant son âge d'or des années 1990, Brad Bird a fait des débuts extraordinaires en tant que réalisateur avec l'adaptation en 1999 de Ted Hughes Le Géant de Fer. Sur fond de guerre froide, Le géant de fer capture, avec un sens de l'émerveillement de Spielberg, les émotions complexes et intenses qui s'ensuivent lorsqu'un un petit garçon solitaire dans le Maine des années 1950 découvre et se lie d'amitié avec un énorme robot venu de l'espace exprimé par Vin Diesel. L'intrigue du film oppose l'innocence d'un autre monde à la malveillance mondaine d'un gouvernement et d'une armée qui ne font confiance à rien qu'ils ne peuvent contrôler. Le film était un gros flop au moment de sa sortie mais a acquis un énorme culte. Son personnage principal était même bizarrement et grossièrement lié à l'inanité migraineuse de Prêt joueur un comme un guerrier futuriste et est apparu dans Space Jam: un nouvel héritage, un projet aussi mercenaire et corrompu que Le géant de fer est pur.Le géant de fer était également une première indication que le véritable don de Vin Diesel réside dans l'expression de créatures douces venues de l'espace, et non dans le fait de jouer des êtres humains dans des films d'action réelle. — NR

13. Le monde de nemo (2003)

Pixar

Techniquement, il s'agit d'une liste des meilleurs films pour enfants. Le monde de nemo se qualifie définitivement par cela, car c'est une belle aventure rafraîchissante à travers la mer pleine d'importants des leçons de vie et des personnages amusants comme un grand requin blanc qui veut changer son alimentation et une mer tubulaire tortue. Cependant, Le monde de nemo est vraiment pour tous les papas là-bas, comme le voyage de Marlin pour trouver son fils – et finalement trouver un équilibre entre vouloir le garder en sécurité et le laisser explorer et grandir – est extrêmement puissant même si vous êtes un terrien.

12. Le grand détective de la souris (1986)

Disney

Heureusement avec un seul numéro musical, Le grand détective de la souris précède immédiatement la renaissance de Disney qui a commencé avec La petite Sirène en 1987. Basé sur la série de livres pour enfants Basil of Baker Street, qui étaient bien sûr des pastiches des histoires et des romans de Sherlock Holmes de Sir Arthur Conan Doyle, Le grand détective de la souris peut être l'une des versions cinématographiques les plus accessibles et les plus intelligentes de Sherlock Holmes. Alors que les souris qui parlent entrent dans le grand panthéon des films pour enfants, Basil est profondément sous-estimé. —RB

11. Mary Poppins (1964)

Disney

Ils n'appellent pas cela des vacances joyeuses avec Mary pour rien. Heureusement, s'écartant du P.L. Série de livres Travers du même nom, ce classique de Disney est peut-être le mélange le plus intemporel d'action en direct et d'animation déjà. Il y a quelques choses là-dedans qui sont un peu discutables pour le public contemporain, mais heureusement, la version cinématographique de Poppins n'est pas ouvertement raciste comme la version livre.

Mary Poppins est un excellent exemple que souvent, le livre est pire et le film est meilleur. Supercalifragilisticexpialidocious n'avait rien à voir avec les livres, mais dans le film, c'est parfait. Julie Andrews est bien meilleure dans ce domaine qu'elle ne l'a jamais été dans Le son de la musique, principalement parce que Mary Poppins est un personnage merveilleusement désinvolte, un peu comme un sorcier imprévisible fusionné avec Docteur Who. Et, quoi qu'on vous dise, Dick Van Dyke panique hilarant dans ce. — RB

10. E.T. L'extraterrestre (1982)

Aaron Rapoport/Corbis Historical/Getty Images

Il n'est pas surprenant que la belle histoire de Steven Spielberg sur un jeune garçon qui se lie d'amitié avec un extraterrestre échoué de l'espace a battu le record du film le plus rentable de tous les temps et est devenu un film mondial phénomène. Par rapport aux précédents travaux du réalisateur, E.T. est intime et personnel. Mais grâce en grande partie à la partition de John Williams, à la composition et à l'éclairage pittoresques du directeur de la photographie Allen Daviau, la capacité de la scénariste Melissa Mathison à parfaitement exploiter les émotions et la langue vernaculaire de la jeunesse de banlieue – «Ce n'était rien comme ça, souffle du pénis!– et bien sûr, la direction de Spielberg, qui est à la fois audacieuse et prudente, le film parvient à se sentir comme un gros blockbuster estival, malgré son calme relatif. Quant à l'extraterrestre titulaire, Carlo Rambaldi et son équipe ont brillamment créé un extraterrestre à la fois rebutant à regarder, du moins au début, tout en étant indéniablement mignon et impossible à regarder loin de. Lorsque vous ajoutez les performances brillantes de la distribution et les effets époustouflants d'Industrial Light & Magic, vous obtenez un véritable chef-d'œuvre cinématographique pour les enfants de tous âges. — CG

9. Chérie, j'ai réduit les enfants (1989)

Disney

Quand il a fait ses débuts en tant que réalisateur avec 1989 Chérie, j'ai réduit les enfants, Joe Johnston était déjà lauréat d'un Oscar en raison de son travail d'effets spéciaux sur Les aventuriers de l'arche perdue et une légende en raison de son travail aidant à créer le look de personnages emblématiques de Star Wars comme Boba Fett. Cela s'est avéré être l'arrière-plan parfait pour diriger Chérie, j'ai réduit les enfants. Le blockbuster surprise a mis à jour l'innocence ensoleillée et la salubrité entièrement américaine des plats Disney des années 1960 en direct comme Le professeur distrait avec une technologie de pointe et les derniers effets spéciaux. Rick Moranis était parfaitement typé en tant que père Poindexter qui rétrécit accidentellement ses enfants et doit empêcher sa famille d'être écrasée comme des insectes. Chérie, j'ai réduit les enfants a eu de l'aide au box-office de Problème de ventre, le premier court métrage de Roger Rabbit. Mais même sans l'aide du lapin coquin de Robert Zemeckis, ce serait toujours un gagnant. — NR

8. Les incroyables (2004)

Pixar

L'univers cinématographique Marvel tourne un film Fantastic Four, mais honnêtement, pourquoi s'en soucier? Pixar a déjà réalisé le meilleur film des Quatre Fantastiques, même s'il ne s'agit techniquement pas de la première famille de Marvel. Les jeunes enfants peuvent s'identifier à Dash, le speedster entêté, et les adolescents peuvent trouver un lien avec la façon dont Violet se sent comme si elle était invisible même lorsqu'elle n'utilise pas ses pouvoirs.

Les parents voient probablement des aspects d'eux-mêmes dans M. Incredible et Elasti-Girl alors qu'ils naviguent dans leur relation et leurs propres désirs personnels. Mais surtout, Les incroyables est sur la façon dont ces quatre (et Jack-Jack) travaillent en famille. Eh bien, cela et une lutte contre le crime extrêmement élégante. — JG

7. La grande aventure de Pee-wee (1985)

Warner Bros.

Un an avant que le public ne soit accueilli dans sa salle de spectacle remplie de marionnettes le samedi matin, Paul Reubens Le personnage adorablement décalé de Pee-wee Herman a fait ses débuts sur grand écran sous la direction du nouveau venu Tim Burton. À la surface, La grande aventure de Pee-wee est un road trip épique et inoubliable, hautement cité - "Je sais que tu l'es, mais que suis-je?" - avec des voyages à l'Alamo, une poursuite à grande vitesse à travers le Warner Bros. beaucoup de films et la performance du hit de 1958 des Champs "Tequila" dans un bar de motards. Mais à la base, Big Adventure est une histoire d'amour hilarante et étonnamment touchante entre un homme et son vélo. Voulez-vous parler d'objectifs d'amitié? Trouvez quelqu'un qui vous regarde comme Pee-wee regarde son Schwinn. — CG

6. Le cauchemar avant Noël (1993)

Buena Vista

Malgré son crédit possessoire, Tim Burton n'a pas réalisé Le cauchemar avant Noël, il n'a pas non plus écrit le scénario, bien qu'il ait imaginé l'histoire et les personnages. Pourtant, le film représente néanmoins la représentation la plus pure de l'esthétique adorablement gothique de Burton. La comédie musicale animée en stop-motion de Burton trouve Halloween, sous la forme dégingandée et inoubliable de Pumpkin King Jack Skellington, mettant en scène une prise de contrôle confuse de Noël qui se traduit par des méfaits plutôt que de la gaieté et des monstruosités plutôt que gaieté. Alimenté par les chansons diaboliquement accrocheuses de Danny Elfman, Cauchemar avant Noël a été réalisé avec amour jusqu'au niveau moléculaire. C'est Le Grinch qui a volé Noël par le biais de Charles Addams tout en se sentant comme une radiographie créative de l'âme de Burton. Comme le meilleur tarif de Noël, on dirait Le cauchemar avant Noël a toujours été avec nous; il avait juste besoin de Burton pour le retirer de l'éther pour que le monde puisse profiter de chaque Noël et Halloween. Le cauchemar avant Noël est un classique de Noël et d'Halloween qui occupe une place prépondérante dans notre culture et dans l'enfance d'innombrables cinglés du théâtre, car il est finalement si bon. Cauchemar avant Noël a peut-être engendré plusieurs générations de gothiques du centre commercial Hot Topic, mais ne lui en voulez pas! — NR

5. Ratatouille (2007)

Disney

Brad Bird a suivi deux des plus grands films pour enfants jamais réalisés en Le géant de fer et Les incroyables avec un autre vainqueur de tous les temps en Ratatouille. Dans une performance de bravoure qui puise dans le statut du comédien légendaire en tant que fan passionné et passionné ainsi qu'en véritable artiste, Patton Oswalt est la voix et l'âme de Remy, un rat parisien qui rêve de devenir un chef gastronomique et est capable de réaliser ces aspirations avec l'aide d'un humain aide/acolyte/navire. Peter O'Toole est tout aussi parfait qu'Anton Ego, un critique redouté avec une plume brutale mais une séquence sous-jacente d'empathie et de compréhension. Dans la meilleure tradition Pixar, Ratatouille est drôle et magnifiquement animé mais aussi profondément émouvant et étonnamment profond. — NR

4. Le cristal sombre (1982)

Disney

Avec cinq saisons réussies de Le spectacle des marionnettes sous sa ceinture, Jim Henson a fait l'impensable: il a débranché sa variété très réussie aux heures de grande écoute spectacle et s'est tourné vers l'écriture et la réalisation d'un vaste film d'aventure fantastique, entièrement raconté avec marionnettes. Il faudra plusieurs années (et deux films Muppet) avant Le cristal sombre a fait son chemin vers les théâtres, mais grâce en grande partie à la construction du monde et aux conceptions de créatures de l'artiste Brian Froud, Henson et le co-réalisateur Frank Oz ont créé avec succès un mythe moderne qui continue à supporter. Bien que le film n'ait pas été un succès retentissant lorsqu'il est arrivé sur les écrans en 1982, son culte s'est développé au fil des décennies, le film ayant même engendré une série Netflix primée aux Emmy Awards, Le cristal sombre: l'âge de la résistance, en 2019. Même Aughra, la figure maternelle spirituelle omnisciente du film, n'aurait peut-être pas vu cela venir. — CG

3. Mon voisin Totoro (1988)

Studio Ghibli

Les films de Disney pourraient être magique, mais les films de Hayao Miyazaki (alias Studio Ghibli) réalisent des tours de magie honnêtes envers Dieu. Mon voisin Totoro'L'enchantement de Miyazaki vient du fait que Miyazaki raconte une histoire de manière convaincante et surréaliste à travers les yeux d'un jeune enfant, Mei. En tant que tel, un triste complot - deux filles laissent leur mère malade dans un hôpital pour une nouvelle maison à la campagne avec un père naturellement absent - allume les imaginations joyeuses et innocentes de Mei. Un film joyeusement trippant est le résultat, rempli de bus de chat vivants, de boules de suie espiègles et d'un poil rond créature volante qui devient aussi grande qu'une maison - et l'ami le plus solidaire qu'un enfant en difficulté puisse jamais demander pour. — TT

2. Paddington 2 (2017)

Atelier Canal

Paddington était séduisant, divertissant, drôle et un régal visuel et Paddington 2 c'est encore mieux - et moins effrayant. Moins effrayant est une bonne chose, puisque Nicole Kidman a terrifié les jeunes enfants qui ont vu le premier film. Cette fois-ci, l'ours britannique super poli préféré de tous (exprimé par Ben Whishaw) est déterminé à trouver le cadeau parfait pour le 100e anniversaire de sa tante Lucy. Cela mène à des mésaventures folles pleines de oohs et aahs, beaucoup de rires (blagues scénarisées et gags visuels) et des tas d'affection. Et tandis que les enfants ne le remarqueront pas nécessairement ou ne s'en soucieront pas, les adultes adoreront voir certains des plus grands acteurs du Royaume-Uni se déchaîner, parmi lesquels Hugh Grant (le martelant comme un... acteur), Hugh Bonneville, Sally Hawkins, Brendan Gleeson, Julie Walters, Jim Broadbent, Peter Capaldi, Tom Conti et Joanna Lumley. — EST

1. Le magicien d'Oz (1939)

MGM

Cela peut sembler tricher de donner la première place à un film extrêmement célèbre qui a près de 90 ans. Mais. Allez. Tout vient de Le magicien d'Oz. Grandes chansons. Une équipe mignonne, une adaptation infidèle - mais merveilleuse - d'un livre pour enfants déjà bien-aimé. Grands déguisements. Et de plus en plus et de plus en plus. Personne ne déteste vraiment Le magicien d'Oz, même s'ils disent qu'ils le font. Les singes volants et la sorcière sont effrayants pour les tout-petits, peut-être même plus que Dark Vador.

Mais, à bien des égards, toute la culture pop cinématographique tourne autour Le magicien d'Oz. Les parents font référence à ce film sans se souvenir qu'ils y font référence. ("Je fonds! Je fond !") Il crée instantanément des costumes adorables pour les enfants, instille une peur raisonnable des conditions météorologiques extrêmes dans enfants, et peut-être le meilleur de tous, enseigne aux enfants à se méfier des figures d'autorité qui ne donnent pas directement réponses. Même lorsque vous arriverez à Oz, les choses ne seront pas ce à quoi vous vous attendiez, une leçon qui devient de plus en plus poignante année après année. — RB

Pourquoi les parents pourraient utiliser un signe "Ne touchez pas mon bébé" cette saison de la grippe

Pourquoi les parents pourraient utiliser un signe "Ne touchez pas mon bébé" cette saison de la grippeDivers

La page Facebook ‘Breastfeeding Mama Talk’ a récemment publié une photo d’un siège auto pour bébé avec une pancarte indiquant: « No Touching. Tes germes sont trop gros pour moi! Pour tenter de susc...

Lire la suite
Comment les enfants voient la dépendance de leurs parents au travail

Comment les enfants voient la dépendance de leurs parents au travailDivers

Le Fatherly Forum est une communauté de parents et d'influenceurs avec des idées à partager sur le travail, la famille et la vie. Si vous souhaitez rejoindre le Forum, écrivez-nous à LeForum@Father...

Lire la suite
Ce que c'est pour les pères célibataires

Ce que c'est pour les pères célibatairesDivers

Ce qui suit a été syndiqué à partir de Ces gens pour Le forum paternel, une communauté de parents et d'influenceurs avec des idées sur le travail, la famille et la vie. Si vous souhaitez rejoindre ...

Lire la suite